Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Des thermes en Auvergne Empty Des thermes en Auvergne

le Mar 16 Sep 2014 - 13:44
Cyprien chantonnait allègrement, fier d'être parmi les rares à être parfaitement réveillé en ce beau dimanche ! Il faut dire aussi que beaucoup auraient dû prévoir le coup. On avait répété durant des jours aux gosses de se préparer à l'avance et de faire leurs bagages avant le départ. Bien sûr, aucun n'avait écouté ! C'est pour cela que ce matin, à 5 h 30 tapantes du matin, ils avaient réveillés tout le monde pour une inspection générale. Ceux qui s'étaient préparés comme on leur avait dit avaient pu rester au fond de leurs lits encore un peu, et les autres avaient été priés de passer à la vitesse supérieure ! Cyprien les observait, avachis sur leurs valises, sur le quai de la gare, à moitié endormi. La plupart n'avaient même pas pris de petit-déjeuner, trop abrutis pour ça, et le train n'allait plus tarder. Il était presque sept heures. Il sifflota en regardant la grosse horloge pendant au-dessus des quais, indifférent au possible au regard noir de certains élèves qu'il avait tiré du lit ce matin.

Collégienne - M'sieur, le train arrive à quelle heure ?

Cyprien - Sept heures tapantes, ma grande.

Collégienne - On peut aller acheter des biscuits à la boutique de la gare.

Il hocha la tête, les regardant filer vers le magasin. Allez donc, les gosses ! La première heure de train sera de toute façon très calme, tout le monde se replongera dans le sommeil. N'aimant pas rester sans rien faire, il ouvrit un de ses sacs, en tira sa guitare, puis commença à jouer, sur un air entraînant, tapant du pied en rythme. Des élèves lui jetèrent des coups d'œils éberlués, du genre "Mais qu'est-ce qu'il fout ?", et d'autres sourirent, amusés. Cyprien eut au moins le mérite d'en réveiller pas mal, qui menaçaient de glisser sur le quai et de tomber. Il sourit, encourageant les plus actifs à se lever, chanter, et danser.

Cyprien - Allez, on se réveille ! C'est un départ en voyage, profitez-en !

Il lança un clin d'œil à Alice, qui lisait des documents sur le voyage juste à côté de lui, puis s'occupa des élèves qui le suivaient dans son délire, chantant un vieil air tout en jouant de sa guitare. Plus de la moitié des élèves étaient enfin en forme lorsque le train arriva et s'arrêta en gare. Les professeurs surveillèrent le chargement des bagages, puis les élèves lorsqu'ils s'installèrent sur les banquettes, dans les wagons. Le vieux Père Vilette s'assit avec un petit soupir, ayant sans doute encore un peu mal à ses jambes. Il souffrait toujours d'anciennes blessures de la guerre. Le professeur chercha aussi Adrien du regard, mais l'infirmier était introuvable. Il avait encore dû se précipiter dans les toilettes pour vomir.

Cyprien - Monsieur Bat, asseyez-vous correctement ! Mademoiselle Sinet, vous allez vous faire mal au dos en dormant comme ça.

Un groupe de terminales s'était déjà installé à son aise pour entamer une partie de cartes. Deux filles, des jumelles, bâillaient en rythme, effondrées l'une contre l'autre. Les professeurs s'étaient dispersés pour s'installer au milieu des élèves, un ou deux profs par wagon. Le prêtre n'allait pas non plus tarder à se rendormir, tel qu'il était là. Cyprien s'étira, puis sourit à ses élèves, parfaitement détendu. Il prit à son tour un paquet de cartes, les battant et les mélangeant.

Cyprien - On ne va pas se regarder en chiens de faïence tout le voyage ! Une petite partie ?

Il distribua les cartes, sifflotant, sa guitare à portée de main au cas où il voudrait à nouveau jouer.
Anonymous
Invité
Invité

Des thermes en Auvergne Empty Re: Des thermes en Auvergne

le Sam 27 Sep 2014 - 13:38
Dormir. Oreiller. Rêve. Couverture. Chocolat chaud. Couette. Nuit. Petit-déjeuner. Dodo. Peluche. Tous les mots qui traversaient l'esprit de Dimitri en cet instant étaient sur le même registre. Jamais son lit ne lui avait paru si attirant, et jamais aussi inaccessible. Il serait bien tombé de tout son long si sa valise ne le retenait pas. Ses yeux étaient incroyablement lourds, se fermant tous seuls, et il ne pouvait s'empêcher de bâiller, rêvant qu'un bon matelas moelleux apparaisse d'un coupa u sol, pour qu'il puisse s'affaler dessus. Dodoooo... Pitié ! C'était vraiment humain, de réveiller des enfants aussi tôt, et un dimanche, en plus ?! Il avait fallut tous les efforts des professeurs pour le tirer de leurs lits, ce matin-là, et Dimitri n'aurait pas pu se lever si on n'avait pas menacé de jeter un seau d'eau glacé sur son lit. Pitié... Il posa la tête sur ses bras, à la fois gelé et endormi, comme tous ceux qui l'entouraient. Le train n'était pas encore arrivé, mais le Russe ne savait même pas s'il aurait la force de monter dedans. Il chercha plutôt Océane et la prit dans ses bras, trouvant cette activité bien plus intéressante que de fixer les rails.

De la musique le fit soudain sursauter et il ouvrit un œil. Le prof de SVT venait de sortir une guitare et chantait ! Dimitri le fixa deux minutes d'un air complètement crétin, cherchant à savoir s'il rêvait ou si ce qu'il voyait était réel. Gné ? Le fait que tous les élèves aient la même réaction lui confirma que non, il ne rêvait pas. Leur prof était vraiment en train de chanter à 7 heures du matin un dimanche devant un troupeau d'endormit le jour du départ pour un voyage scolaire. D'accord, c'était tout à fait normal...

Cyprien - Allez, on se réveille ! C'est un départ en voyage, profitez-en !

Les plus motivés dansèrent aussi, mais Dimitri, s'il s'était un peu réveillé, n'avait pas le courage de se lever. Heureusement, l'arrivée du train fournit une diversion. Branle-bas de combat sur le quai, tout le monde se leva, prit son sac, l'emporta au wagon pour les bagages, sous la surveillance des professeurs. Il chercha la directrice du regard, curieux de savoir si elle sera bien réveillée, mais c'était une question inutile. Il ne l'avait jamais vu endormie, et ce n'était pas non plus aujourd'hui que ça arrivera. D'autres profs avaient les traits tirés, mais étaient tout de même plus énergiques que leurs élèves. Dimitri déposa ses affaires, puis reprit la main d'Océane avant de monter avec elle dans le wagon.

Les élèves s'installaient, la plupart du temps pour se rendormir, ou discutaient du voyage, du dernier film visionné, d'un livre intéressant... Dimitri n'avait jamais pris le temps de sa vie, ou ne s'en souvenait plus, du moins, et regardait partout d'un air on ne peut plus curieux. En revanche, il faillit pousser un gémissement lorsque le guitariste vint s'asseoir près d'eux. Ah non, non, non, non, il voulait dormiiiiir ! Il eut un regard tellement angoissé que cela fit rire son voisin, sur le moment. Oui, et bah zut ! Il était trop tôt, n'importe quel être humain normalement constitué voudrait somnoler une heure ou deux. Le vieux prêtre du Pensionnat passa près d'eux, puis s'assit au fond du wagon près de la fenêtre, refermant presque aussitôt les yeux Pourquoi il avait le droit, lui ?

Cyprien - On ne va pas se regarder en chiens de faïence tout le voyage ! Une petite partie ?

Retenant un soupir, Dimitri fit contre mauvaise fortune bon cœur, et accepta de jouer avec d'autres élèves et le professeur. Le voyage en train ne devait pas durer très longtemps logiquement, il fallait bien s'occuper. Ils firent plusieurs parties de cartes, apprenant quelques nouveaux jeux, tout en bavardant. Ce prof-là était très gentil, mais sacrément enthousiaste, par moments ! Ils jouèrent durant tout le trajet, puis un élève dans le wagon poussa un petit cri quand ils arrivèrent en Auvergne. Tout le monde colla le nez à la fenêtre pour observer le paysage, les volcans, les sentiers que l'on voyait s'enfoncer dans les forêts. Ébahi, Dimitri sourit à Océane, content d'être arrivé, content d'être là.

Le train s'arrêta bientôt en gare, et ils durent marcher un moment avec leurs bagages avant d'atteindre le centre thermal. C'était très grand, et tout le monde fut soufflé. Se moquant d'avoir l'air du touriste de base, Dimitri essayait de tout voir, ayant peur de louper quelque chose. Ils durent tout d'abord aller ranger leurs affaires dans les chambres, avant toute chose. C'était le grand luxe, ici, et vraiment pas mal. Il ne pouvait s'empêcher de sourire, même si c'était idiot. Aucun militaire, aucun médecin nulle part, le rêve ! Les problèmes du pensionnat semblaient loin, à présent. Il se changea avec les autres, enjoué à son tour, puis rejoignit la salle où les attendait les professeurs. Il était... très... Bizarre... de les voir en peignoirs. Il leva la main, un peu nerveux.

- Que ont devoir faire ?
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum